LE DÉCRET DE L’EMPEREUR REJETÉ

À l’époque de la dynastie Tang, entre le 7e et le 9e siècle, Xu Mengrong faisait partie des hauts fonctionnaires impériaux qui osèrent rejeter un décret de l’empereur. Sa foi pour défendre la justice et ses actions courageuses en ont fait un personnage légendaire dans l’histoire chinoise.

Sous le règne de l’empereur De Zong, vers l’an 802, un décret impérial annonçant la promotion de Qi Zong en tant que gouverneur de Quzhou était prêt à être publié.

Pourtant, Qi Zong avait toujours été quelqu’un qui cherchait par tous les moyens à ramper au plus haut rang des fonctionnaires. Il ne se gênait pas de piller les biens du peuple en faveur de l’empereur et de la cour.

Le fait que l’empereur lui ait soudainement confié un si grand comté à gérer, les rumeurs commencèrent à circuler et les gens à se questionner sur cette décision.

Quand l’édit de cette promotion arriva au ministère Menxia, qui était l’organisme chargé de la révision des décrets impériaux, le ministre Xu Mengrong le renvoya en fournissant l’explication écrite suivante : “Votre Majesté, des promotions exceptionnelles des officiers ont eu lieu lorsque vous avez levé des troupes. Maintenant, la situation de cette région n’est pas préoccupante, Qi Zong n’a pas non plus de grands mérites. Votre Majesté l’a soudainement promu de cette manière inattendue, tous les fonctionnaires en sont perplexes et choqués. Si vous devez absolument nommer Qi Zong gouverneur, vous devriez exposer clairement les raisons de cette promotion afin de calmer les rumeurs dans la cour. Je vous prie, Votre Majesté, de reporter la publication de cet édit, et d’autoriser un envoyé secret à l’observer de près. Ainsi les gens pourraient témoigner de votre justice et votre sagesse.”

Après que Xu Mengrong ait renvoyé l’édit, d’autres fonctionnaires de la remontrance commencèrent à s’exprimer également à ce sujet.

Finalement l’empereur retira l’édit.

Plus tard, l’empereur convoqua Xu Mengrong pour lui faire des éloges :

“Si tous les fonctionnaires étaient comme vous, de quoi pourrais-je me soucier encore ?”

Lorsque Xian Zong, l’empereur successeur arriva au pouvoir vers l’année 809, Xu Mengrong occupait le poste de gouverneur de la capitale Chang’an.

Un jour, il dut régler une affaire dans sa juridiction : Li Yu, un officier de l’armée impériale avait emprunté 8000 pièces de monnaie à un homme riche de la ville de Chang’an. Trois ans plus tard, il ne l’avait toujours pas remboursé.

À l’époque, l’armée impériale bénéficiait d’une grande renommée et des bonnes grâces de l’empereur, ce qui fait que les soldats avaient des comportements arrogants et personne n’osait les recadrer.

N’ayant pas peur des gens puissants ou de hautes positions, Xu Mengrong immédiatement fit arrêter l’officier Li Yu lorsqu’il réalisa que ce dernier avait contracté une si grande dette et lui imposa un délai de remboursement sous peine d’être condamné à mort.

Après avoir appris que son officier avait été emprisonné, l’empereur Xian Zong envoya un messager pour ordonner à Xu Mengrong de le libérer.

Xu Mengrong, qui avait reçu l’ordre impérial, fit la sourde oreille. Quand la cour envoya un 2e messager, Xu Mengrong lui transmit le message suivant à l’attention de l’Empereur : “Votre Majesté, je comprends que je serai mis à mort si je n’obéis pas à votre ordre. Cependant, moi qui vous aide à gérer le pays, je ne dois pas laisser le peuple être menacé par des intimidateurs. Par conséquent, Li Yu ne pourra pas retourner dans l’armée à moins qu’il paie sa dette.”

Touché par sa droiture, l’empereur finalement approuva la décision de Xu Mengrong. Cet acte courageux fut un bel exemple donné à tout le pays et fit diminuer le nombre de méfaits commis par des malfaiteurs ; ce qui renforça le préstige de Xu Mengrong.

À voir aussi