La vie du poète Su Shi

Su Shi, un grand écrivain renommé de la dynastie des Song au 11ème siècle, est très connu pour ses poèmes et ses écrits en prose.
Il a également à son actif des réalisations exceptionnelles en calligraphie et en peinture.
Dans l’histoire de la calligraphie et la littérature classique chinoise, il fait partie des quatre grands maîtres de la dynastie des Song.

Su Shi est aussi appelé plus familièrement Su Dongpo. Ses oeuvres sont connues dans toute la Chine.
Mais peu de gens savent qu’il a été un moine dans sa vie antérieure, selon la légende.

Un jour, la mère de Su Dongpo tout juste enceinte, rêva d’un moine qui venait demander l’hébergement. Ce moine avait une bonne allure mais n’y voyait que d’un œil.
Su Dongpo lui-même racontait, qu’à l’âge de huit ou neuf ans, il avait rêvé qu’il était un moine vagabondant dans la région de Shanxi.

Une fois, alors que Su Dongpo était en voyage vers Junzhou, son frère cadet, tout comme les moines Yunan et Cong firent un même rêve, dans lequel ils sortaient de la ville pour attendre l’arrivée du moine Wujie. Or le lendemain c’est Su Dongpo qui arriva.
Ils réalisèrent aussitôt qu’il devrait y avoir un lien entre Su Dongpo et le moine Wujie.

Le moine Wujie, qui signifie “cinq préceptes”, a vraiment existé autrefois.
Il a été le vénérable d’un temple dans la région de Shanxi et n’y voyait que d’un œil.
Le moine Wujie se cultivait avec diligence et atteint un très haut niveau dans sa cultivation.

Un jour Wujie trouva une petite fille abandonnée à la porte du temple.
Il la ramena au temple pour la nourrir et la nomma Honglian.
Honglian grandit et devint une jeune fille magnifique.
Alors le moine Wujie développa progressivement le désir de luxure et finit un jour par renier son précepte le plus important.

En découvrant ce fait lors sa méditation, un jeune moine Mingwu composa un poème pour Wujie afin de lui révéler.
Saisi par la honte, le moine Wujie mourut pendant sa méditation après avoir lu le poème.

Après le décès de Wujie, le jeune Mingwu se dit : ” je devrais suivre mon frère pour l’aider à retrouver son chemin, qu’il ne devienne pas quelqu’un qui insulte la Loi de Bouddha dans sa prochaine vie.”
Alors il décida lui aussi de s’éteindre pendant sa méditation pour suivre le pas du moine Wujie.

Mingwu se réincarna en maître bouddhiste Foyin, c’est donc celui qui apparaît souvent dans les histoires de Su Dongpo. Foyin est devenu un ami très proche et respectueux de Su Dongpo.

Une seule pensée déviée suffit pour faire tomber quelqu’un de là-haut dans le monde profane … les chinois le disent souvent ainsi.
Su Shi a mentionné sa vie passée à plusieurs reprises dans ses poèmes.
Dans un poème intitulé “Le temple Nanhua “, il a écrit :
“J’ai été un pratiquant de cultivation diligent pendant trois vies ; pour une pensée déviée à mi-chemin j’ai été puni pour cent ans.”

À voir aussi